Archives de catégorie : Billets

Parution de l’ouvrage « Traces numériques et territoires »

traces-numeriquespmL’ouvrage « Traces numériques et territoires », cordonné par Marta Severo et Alberto Romele (Presses de Mines, 2015), résume les travaux de l’axe médias et territoires du GIS-CIST et notamment les résultats des journées d’étude Ville 2.0. Cet ouvrage vise à développer une réflexion partagée sur les questions liées à l’emploi des traces numériques dans les études territoriales. Continuer la lecture

Urbanités numériques : une approche plurielle de la réception urbaine

Par Patrizia LAUDATI (Laboratoire DeVisu, UVHC Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis)
Discutants : Luca Acquarelli (EA Geriico, Université de Lille) et  Christophe Chaillou (Pictanovo)

2 avril 2015, 16h30, MESHS-Lille (Salle 2)

Dans le cadre du cycle Ville 2.0. Soft data pour les politiques publiques de la ville (MESHS)

Nous proposons une réflexion épistémologique sur les intersections entre les SIC et d’autres disciplines s’intéressant à la ville comme espace de vie, d’échanges, de médiation. Suite à l’intégration des nouveaux dispositifs sociotechniques dans les espaces urbains, de nouvelles formes d’urbanités voient le jour, de nouvelles formes de vie sociale et culturelle apparaissent dans les espaces en évolution : « les urbanités numériques » qu’Augustin Berque (Berque, 1995) définit comme l’essence même des villes, « cette composition plus générale où les entités spatiales et les entités sociales entrent en résonance ». Nous essayerons de répondre à un certain nombre de questions : comment l’intégration des nouveaux dispositifs numériques modifie l’expérience sensible de l’usager dans l’espace urbain ? Comment analyser cet objet hybride (la ville) pour la penser ou repenser à partir des pratiques de ses usagers ? Les nouveaux dispositifs sociotechniques deviennent alors non seulement un outil de médiation entre l’usager et l’espace vécu, mais aussi un outil de médiation entre différentes catégories d’acteurs : décideurs, concepteurs et usagers.

Patrizia Laudati est architecte-urbaniste, diplômée de l’Université de Naples. Docteur ès Sciences de l’Information et de la Communication, elle est Professeur à l’Université de Valenciennes, où elle assure depuis 2008 la co-direction du laboratoire DeVisu Design Visuel et Urbain. Ses thématiques de recherche portent sur la communication et la sémiotique urbaine. Elle est auteur de plusieurs publications concernant la sémantique de la ville et les outils d’aide à la décision en matière de projets architecturaux et urbains.

Lieu
MESHS de Lille (Salle 2) – 2, rue des Canonniers – 59000 LILLE
A deux minutes des gares de Lille Flandres et Lille Europe

Organisé par
EA Geriico, Université de Lille 3 et Axe « médias et territoires » du GIS CIST

Inscription gratuite obligatoire à marta.severo@univ-lille3.fr

Méthodes quali-quantitatives et données numériques : analyse topologique des territoires du web

25 mars 2015, 17h, MESHS-Lille
 Par Dominique Cardon, Orange Labs (SENSE) – Université Paris-Est (LATTS)

Dans le cadre du cycle Ville 2.0. Soft data pour les politiques publiques de la ville (MESHS)

Après avoir souffert d’un manque chronique de données, les sciences sociales se trouvent soudainement submergées par une avalanche de traces produites par le développement des médias électroniques. Si l’abondance succède à une certaine forme de pénurie, cette nouvelle « donne » engage les sciences sociales à une certaine vigilance quant à la façon dont les méthodologies et les pratiques se trouvent transformées. Les nouvelles traces numériques demandent non seulement d’être traitées successivement par des méthodes quantitatives et par des méthodes qualitatives, elles requièrent aussi et surtout d’être traitées par de nouvelles méthodes quali-quantitatives. Ces méthodes circulent entre micro et macro, local et global, permettant aux chercheurs de traiter des larges quantités de données sans perdre en finesse d’analyse. Dans cette intervention, l’auteur proposera un exemple d’analyse quali-quantitative des différentes formes d’organisation des communautés thématiques de l’Internet, et des trajectoires permettant d’y acquérir de la réputation.

Dominique Cardon est sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs et professeur associé à l’Université de Marne la vallée. Ses travaux portent sur les usages d’Internet et les transformations de l’espace public numérique. Ses recherches récentes portent sur les réseaux sociaux de l’Internet, les formes d’identité en ligne, l’autoproduction amateur et l’analyse des formes de coopération et de gouvernance dans les grands collectifs en ligne. Il conduit aujourd’hui une analyse sociologique des algorithmes permettant d’organiser l’information sur le web.

Discutant : Marta Severo, EA Geriico, Université de Lille 3.

Lieu
MESHS de Lille – Salle 2
2, rue des Canonniers – 59000 LILLE
A deux minutes des gares de Lille Flandres et Lille Europe

Organisé par
EA Geriico, Université de Lille 3
Le groupe « médias et territoire » du GIS CIST

Inscription gratuite obligatoire à marta.severo@univ-lille3.fr

Des infrastructures aux plateformes: la fragmentation de l’archivage des données en SHS

9 mars 2015 | 15h | MESHS, salle 2
conférence de Jean-Christophe Plantin  (université du Michigan)
Discutant : Éric Dagiral (université Paris Descartes)

L’augmentation des données numériques disponibles pour la recherche en SHS s’accompagne d’une fragmentation entre, d’un côté, les infrastructures de données existantes, tel l’ICPSR (« Inter-university Consortium for Political and Social Research »), et, d’un autre côté, l’émergence de plateformes en ligne offrant des services similaires pour la collecte de données, leur archivage et leur diffusion. À travers l’analyse croisée de trois acteurs — le service de micro-blogging Twitter, le répertoire de données Figshare, et l’ICPSR — nous montrerons que la multiplication de ces plateformes dans la recherche se traduit par la généralisation du principe « d’espaces premium”, où l’universalisme dans le choix des données à archiver est remplacé par une hiérarchisation accrue. Cette “plateformisation” des données a deux conséquences pour la recherche en SHS: sur la réplication des résultats, comme le prouvent les différents écueils rencontrés lors de l’utilisation de données provenant de Twitter; sur les infrastructures de données existantes, qui intègrent ce principe “d’espaces premium” en développant des offres similaires en plus de leur service traditionnel.

Jean-Christophe Plantin est actuellement chercheur postdoctoral à l’Université du Michigan (School of Information). Ses recherches portent sur les pratiques de cartographie participative lors de débat public, et sur les enjeux épistémologiques des larges masses de données numériques pour la recherche en SHS. Il est l’auteur de l’ouvrage “Participatory Mapping: New Data, New Cartography” (Wiley, 2014).

Éric Dagiral est sociologue, maître de conférences à l’université Paris Descartes et chercheur au CERLIS. Ses recherches portent sur les techniques d’information et de communication, et plus particulièrement sur les usages d’Internet et la conception de services en ligne. Il travaille actuellement sur l’appropriation de technologies de « quantification de soi » et de self-tracking, et étudie l’essor du mouvement du Quantified Self aux États-Unis et en Europe.

Cette conférence est organisée par le groupe «médias et territoire» du GIS CIS, l’équipe Geriico de l’université Lille 3 et le département de philosophie de l’université Lille 3

Les Big Data : analyse des enjeux épistémologiques entre nominalisation des sciences de la culture et mutation des sciences de la nature

18 février 2015 | 17h | MESHS, salle 2

conférence de Bruno Bachimont  (université technologique de Compiègne)

Dans cette intervention, l’auteur proposera une approche philosophique inédite à la question des Big Data. La révolution numérique la plus récente sera rapprochée du nominalisme au Moyen-Âge, qui apporte une solution sémiotique et non plus ontologique au problème de traiter les termes généraux. De la même manière que la mutation nominaliste au Moyen-Âge a annulé le langage comme moyen privilégié d’accès à la nature en préparant la révolution scientifique moderne reposant sur l’expérimentation et le calcul, les big data proposent de modifier notre compréhension des phénomènes sociaux ou culturels en remplaçant la médiation du sens par celle de la corrélation statistique et l’abstraction du codage. C’est donc un véritable changement de paradigme épistémologique, qui suscite des perspectives prometteuses mais présente également des difficultés qu’il faut penser et critiquer.

Bruno Bachimont, informaticien et épistémologue, est directeur de recherche à l’université technologique de Compiègne. Ses recherches portent sur trois objets: une philosophie de la technique et du numérique;  une approche du document et de la mémoire; et enfin les ontologies formelles. Il est l’auteur de plusieurs articles et ouvrages, parmi lesquels Le sens de la technique: le numérique et le calcul (Les Belles Lettres, 2010).

Discutant: Alberto Romele, chercheur, Universidade do Porto

Cette conférence est organisée par le groupe «médias et territoire» du GIS CIS, l’équipe Geriico de l’université Lille 3 et le département de philosophie de l’université Lille 3

 

Humanités numériques pour le patrimoine culturel : état de l’art sur les données disponibles

Ce séminaire, coordonné par Éric Kergosien et Marta Severo, entre dans le cadre du cycle de séminaires Ville 2.0 (MESHS) et du projet TECTONIQ (PEPS CNRS – Inter MSH). Il vise à regrouper les experts et les chercheurs qui s’intéressent aux problématiques liées à la mise en place de dispositifs numériques pour la production et la diffusion d’informations relatives au patrimoine naturel et culturel.

Jeudi 5 février 2015, 13h30-16h30 | MESHS (salle 2)

Programme

13h30 | Ouverture de la journée
Marta Severo et Eric Kergosien, Geriico, université Lille 3

13h45 | Les données du patrimoine mondial: comment gérer des bases de données complexes
Eric Esquivel, Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO

14h15 | Les données documentaires des musées du Nord-Pas-de-Calais
Maryse Rizza, Geriico, université Lille 3
Corinne Barbant, responsable de la bibliothèque Dominique Bozo au LAM

15h45 | Les données patrimoniales de l’inventaire de la région Nord-Pas-de-Calais
Sylvie Ferey et Sophie Luchier, direction de la culture au conseil régional Nord-Pas-de-Calais

15h15 | Le plan local d’urbanisme et le patrimoine
Yasmina Breton, direction urbanisme & aménagement, Lille métropole communauté urbaine

15h45 – 16h30 | Débat

 

Ville 2.0. Soft data pour les politiques publiques de la ville : une approche critique

15 et 16 octobre 2014, Maison de la recherche, Université Lille 3

Journée d’étude organisée par le laboratoire Geriico de l’Université Lille 3 et l’axe Médias et territoires du CIST dans le cadre du PEPS Décision, indicateurs et politiques publiques et du programme « Humanités numériques » de la MESHS de Lille.

La journée « Ville 2.0 » entend contribuer au développement d’une réflexion pluridisciplinaire sur l’impact de nouvelles données numériques, ici appelées soft data, dans les contextes des études de la ville. Le but de ce projet est de prendre de la distance par rapport aux expériences empiriques liées aux méthodes numériques pour mener une réflexion sur la signification des traces numériques dans le contexte des études urbaines. Face à l’abondance de ces données, ces journées visent à développer une réflexion partagée sur les questions méthodologiques (« méthodes numériques ») et théoriques (rapport entre numérique et physique) liées à l’emploi de ces données dans les politiques de la ville.

Programme

15 octobre 2014 

14h-16h Table ronde – Ville, urbanisme et numérique
Conférence introductive : Thierry Paquot, Institut d’Urbanisme de Paris
Débat :
Nicolas Douay, Université Paris Diderot
Marina Duféal, Université Bordeaux Montaigne
Julie Fen-Chong, Université de Bourgogne
Renaud Le Goix, Université Paris Diderot
Maryvonne Prévot, Université de Lille 1
Représentants des collectivités territoriales 

16h-16h30 Pause café

 16h30-18h30 Table ronde – Soft data et territoire entre théorie et pratique
Débat :
Alberto Romele, Universidade do Porto
Pierre Gautreau, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Eric Kergosien, Université de Lille
Matthieu Noucher, CNRS, Université Bordeaux Montaigne
Tyler Reigeluth, Université Libre de Bruxelles
Philippe Vidal, Université du Havre

16 octobre 2014

 8h30 Accueil café

9h Ouverture et présentation de la journée

9h15 Une approche géographique aux soft data
Membres de l’axe Médias et territoires du CIST

10h Une approche géomédiatique aux soft data
Claude Grasland, Université Paris Diderot et Marta Severo, Université Lille 3

10h45 Pause café

11h15 Soft data et urban studies
Dominique Boullier, Sciences Po Paris

12h Digital methods and geolocation
Richard Rogers, Université d’Amsterdam  

13h-14h Déjeuner

14h Hyperville et traces numériques (soft databig data) : les  enjeux  politiques et  économiques d’un design territorial contributif
Franck Cormerais, Université de Bordeaux 3

14h45 Database identity: Personal and cultural identity in the age of global datafication
Jos De Mul, Université de Rotterdam

15h30 La carte sans le territoire: avantages et inconvénients d’un gouvernement algorithmique de l’espace urbain
Antoinette Rouvroy, Université de Namur

16h30 Clôture de la journée

Organisé par
Laboratoire Geriico, Université Lille 3
Département de philosophie, Université Lille 3
Axe Médias et territoires du Collège international des sciences du territoire (GIS CIST)

Contact
Marta Severo, maître de conférences
Université Charles de Gaulle Lille 3
marta.severo@univ-lille3.fr

Lieu
Maison de la recherche
Université Lille 3
Avenue du Pont de Bois
59650 Villeneuve d’Ascq

La participation à la conférence est libre sans inscription.